Les entreprises cherchent à développer l’accessibilité de leur base de données via les terminaux mobiles de leurs collaborateurs. Or les collaborateurs utilisent de plus en plus de Smartphones qui sont des produits adressés au grand public et non aux professionnels. Les projets liés à la mobilité intégrés aux nouvelles technologies sont donc au cœur des demandes des entreprises. Les entreprises souhaitent développer une architecture capable de gérer les différents niveaux de complexité pour garantir un déploiement mobile stratégique.

En effet une étude a été réalisée par American Express Voyages d’Affaires auprès des Travel Managers et des voyageurs d’affaires. Il en ressort que :

-      « 22 % des voyageurs ont déclaré que la vidéoconférence leur permettait de travailler, négocier et entretenir des relations commerciales afin de générer du chiffre d’affaires.

-      48 % des voyageurs déclarent que la rentabilité d'une rencontre en face à face reste beaucoup plus élevée.

-      59 % des voyageurs se voient maintenant proposer ces solutions comme alternative aux voyages internes, ce qui renforce l’utilisation de la politique voyages et le contrôle des coûts.

-      63% des acheteurs ont cité la réduction des coûts comme le premier motif d’adoption de nouvelles technologies dans le domaine du voyage d'affaires au cours des trois dernières années alors que pour 32 % des voyageurs, la réduction permanente des coûts aura un impact plus grand au cours des trois années à venir.

-      34 % des voyageurs et 27 % des acheteurs pensent que la productivité est un élément clé pour proposer ces technologies comme alternative aux voyages. »

Cette mobilité est portée par la diversité et la multiplication des terminaux moblies. L’alliance de ce monde hétérogène aux projets de mobilité des entreprises a fait naître une contrainte technique liée aux besoins de communiquer avec l’ensemble de ses collaborateurs en s’assurant de la compatibilité entre les différentes applications et supports disponibles sur le marché.

L’enjeu pour l’entreprise est alors de développer sa moblité en conformité avec les problématiques techniques et juridiques liées à la mobilité, et notamment :

-      Sur le plan technique :

  • la variété et la volatilité des données rend difficile la nécessaire connectivité en temps réel des collaborateurs ;
  • les bases de données existantes dans l’entreprises doivent être compatibles et permettre une interopérabilité avec les terminaux mobiles ;
  • la possibilité de fonctionner en mode déconnecté afin d’assurer l’accessibilité aux bases de données entreprises, même quand le trafic data est faible.

-      Sur le plan juridique :

  • l’obligation d’assurer la sécurité et la confidentialité des données de l’entreprises (bases CRM, contacts, agenda, e-mail…), qui peuvent être téléchargées et stockées sur des Smartphones alliant une utilisation professionnelle et personnelle ;
  • la problématique de l’effacement à distance des données contenues dans un terminal mobile qui a été perdu ou volé ;
  • la gestion du risque lié à la perte de données lors de l’utilisation du workflow mobile ;
  • la sécurisation dans les flux de données : authentification, intégrité ;
  • la gestion des intrusions illicites dans les SI ;
  • la problématique des flux transfrontières de données à caractère personnel.

Afin d’assurer la sécurité technique et juridique de chaque étape du projet de mobilité d’une entreprise, il est fortement recommandé de s’entourer d’experts dont les solutions ont déjà fait leur preuves sur le marché mais également de bien s’informer sur les implications juridiques d’un tel projet.

Ces réflexions ont un intérêt particulier à l’heure où la mobilité est en phase de s’étendre à l’ensemble des entreprises.

Partager: