Mardi 22 septembre 2010, des attaques ont immobilisé et créé un chaos sur le célèbre site internet Twitter.com.

Selon Twitter, une faille sécuritaire résolue il y a un mois aurait réapparu lors d'une mise à jour du site. Les pirates ses sont alors empressés de s'engouffrer dans la faille et d'y insérer un langage informatique (Java Script) qui a détraqué le fonctionnement du site.

Seul le site internet aurait été touché et non les applications tierces ou les versions mobiles de Twitter.

Enfin, Twitter précise qu'aucune donnée personnelle n'aurait été touchée par cette attaque et qu'aucun ordinateur n'aurait été impacté.

En agissant ainsi, les pirates ont commis une infraction pénale pouvant les conduire en prison, comme le confirme un récent arrêt du TGI de Clermont Ferrand (Chambre correctionnelle). En effet, le 24 juin dernier, ce TGI a condamné une personne s'étant frauduleusement introduit dans un compte twitter, se rendant ainsi coupable de l'infraction pénale d'accès frauduleux dans un système de traitement automatisé de données.

La sanction a été 5 mois de prison. Je vous rassure, il sera sursis totalement à l’exécution de cette peine. Néanmoins, le président du tribunal a donné l’avertissement, prévu à l’article 132-29 du code pénal, au condamné en l’avisant que :

- "si il commet une nouvelle infraction, il pourra faire l’objet d’une condamnation qui sera susceptible d’entraîner l’exécution de la première peine sans confusion avec la seconde et qu’il encourra les peines de la récidive dans les termes des articles 132-9 et 132-10 du code pénal ;"

- et ordonne la confiscation de ses biens ou instruments ayant servi à commettre l’infraction.

Affaires à suivre ...

lien d'actualité : http://blog.twitter.com/ 
Partager: